top of page

Attention! Ne tombez pas dans le piège de la victime !

Être sensible ne veut pas dire se laisser marcher sur les pieds et laisser quiconque profiter de vous, bien sûr, et ceci est d'ailleurs valable pour tout le monde. Mais cela ne veut pas dire non plus se poser en éternelle victime !


Mais pour commencer et en quelques mots, à quoi ressemble un hypersensible ? Qu’est-ce qui les différencient des personnes moins sensibles ? Les hypersensibles ressentent profondément leur environnement, leurs émotions mais aussi celles de ceux qui les entourent. Ils ont une sensibilité sensorielle hors normes, bien au-dessus des autres. Une grande majorité est introvertie (70%). Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la suprématie ne revient pas aux femmes, car en fait 50% des hypersensibles sont des hommes. Beaucoup sont spirituels, bienveillants et créatifs. Ils sont aussi perfectionnistes et consciencieux et ont une empathie élevée. Ils sont allergiques à la violence et n'aiment pas les situations conflictuelles. Ils ont aussi besoin de beaucoup de temps de pause ou de repos pour se ressourcer, et ne sont pas vraiment dans leur assiette lorsqu’ils sont sous pression. L’effet cocotte-minute des deadlines ou du multitasking ne sont pas vraiment leur environnement/situation de prédilection.


Attention! Ne tombez pas dans le piège de la victime !

Émotions exacerbées, temps de repos, perfectionnisme, créativité, compassion… toutes ces caractéristiques ne font pas bon ménage avec la culture matérialiste et obsédée par la productivité dans laquelle nous vivons, une culture grimpant sur le chemin vertigineux de la glorification du narcissisme.


Être conscient et perspicace, bienveillant, intuitif, avec un sens du détail extraordinaire et beaucoup d’empathie, ne sont pas les qualités requises et appréciées dans la vie en général et encore moins sur le marché de l’emploi.

Par contre, performance, goût du défi, ambition, résilience, sang-froid, polyvalence, ont toutes les appréciations et l’admiration du monde dans lequel nous évoluons.

De ce fait, être sensible équivaut souvent - à tort - à rester en retrait et à se taire. Et être souvent pris pour de la faiblesse. On a tous entendu la fameuse expression “trop bon, trop c..”, si ce n’est pas dire en 4 mots ce que la majorité pense et croit !


Alors nombreux sont les hypersensibles qui se sentent exploités à cause de leur bienveillance. De même qu’ils se sentent abusés parce qu’ils veulent toujours rendre service et sont très attentifs au bien-être des autres. Pas de surprise s’ils se sentent souvent sous-estimés, incompris ou isolés. Lorsqu’on est dans cet état d’esprit tout à fait légitime, le risque est d’adopter le mode victime et sombrer dans l’apitoiement sur son propre sort. Attention, même si je peux comprendre cette disposition, et ai certainement organisé, plus d’une fois, une “pity party” pour moi-même, s’enfermer dans une mentalité de victime ne peut nous nuire.


Personne n’en a après vous ! Et le monde n’a pas jeté son dévolu sur vous pour vous faire du tort.

Le réel danger d'être en mode victime est de déclencher la peur. Celle-ci se développera en colère qui se transformera en haine et mènera inéluctablement à la souffrance. Tous ces sentiments négatifs ne peuvent que nourrir votre sensation d'inadéquation. C’est aussi et surtout gâcher vos dons et vous enfermer sur vous-même par peur de l'échec et du rejet.


Je ne nie pas qu’être hypersensible peut être difficile et compliqué parfois, mais nous avons aussi une force incroyable en nous. Si nous réprimons cette force en supprimant nos émotions et en étouffant notre sensibilité, nous perdons tous les avantages que nous offre notre trait.


Il est donc important d'apprendre ce que j'aime appeler "kit de sauvetage des hypersensibles". Ces “outils” vous évitera de tomber dans le piège de la victime.


Voici sept façons qui m'ont aidée.


1. Être informé… être informé… être informé!

Je ne le dirais jamais assez ! Connaître notre trait est le “must” pour pouvoir savoir comment nous fonctionnons, dans une première étape. La connaissance de soi amène à l'acceptation puis l'appréciation de soi-même.

Être très sensible n'est pas toujours facile, je vous l’accorde, mais c'est un trait plein de magie, si nous savons le canaliser et cessons de le voir comme une malédiction. (Vous connaissez des super-héros dont la vie est facile ? Des héros de Disney qui coulent des jours heureux au début de l’histoire ? Moi non plus.)


Faisons l’inventaire de nos supers atouts… Nous avons la capacité de voir des détails qu'une personne moyenne ne cernera pas. Premier atout ! Nous sommes des radars de mensonges et d’ineptie pour ne pas dire le mot commençant par c…….. Deuxième super atout ! En dehors d’avoir un super odorat et d'être un vrai détecteur d’incendie, nous avons aussi du flair pour les balivernes. Nous n’avons d’yeux que pour vous, et oui! le regard de la compassion. Nous avons du goût (pour les belles choses), mais pas pour les mauvaises blagues. Nous n'écoutons pas que d’une oreille, nous sommes toute ouïe, car ce sens est très développé chez nous ! Le toucher… un super atout sensuel mais chut…

Nos sens, nos cinq sens, cinq atouts à la puissance 10 ! Nous sommes créatifs, intuitifs et émotionnellement intelligents. Super atout, super atout, super atout !


Grâce à nos qualités innées, en dehors du commun, les hypersensibles sont des leaders, des artistes et des guérisseurs de l'âme et du corps. Plus vous en apprendrez sur votre trait, plus vous vous rendrez compte que ce que certains peuvent percevoir comme une faiblesse vous donne en fait de sacrés avantages ! Alors cultivez vos qualités, chérissez-les, revendiquez-les et honorez vos besoins, vous aurez un tout autre regard sur votre hypersensibilité, et en ressortirez plus fort et plus heureux.


2. Arrêtez d'être le vide-sac émotionnel de tous les autres.

Ok, les hypersensibles sont profondément empathiques, et certains sont même de véritables empathes. Nous captons les ondes émotionnelles des autres et anticipons leurs besoins

Jusqu’ici que du bon ! Mais, trop souvent, nous ne faisons pas la distinction entre ce qui nous appartient et l'énergie des autres que nous avons absorbée.

Ce super atout peut alors devenir un handicap car nous nous faisons une mission du bien-être des autres et mettons tout en œuvre pour leur plaire et les satisfaire. Hello, syndrome du sauveur ! Du super héros au martyr, la marge est faible, alors gare à ce complexe du sauveur ! Il ne peut que mettre en porte à faux l'équilibre dans nos relations.

C’est une chose de sentir les besoins des autres, mais cela ne veut pas dire que vous devez y répondre. Non, vous n'êtes ni le conseiller spirituel, ni le système de soutien de tout le monde, ni le banquier de tout le monde. Vous avez vous aussi vos propres embrouilles à gérer !

Ne criez pas à l'égoïsme ! On a tous des soucis. Tout simplement, arrêtez d'être le vide-sac émotionnel des autres. Vous ne recevrez aucune médaille pour le fait d’aider tout le monde. Par contre vous pouvez tomber d'épuisement en répondant aux attentes de tout le monde (et qui ne le serait pas !).

Attention aussi aux vampires énergétiques, vous êtes particulièrement dans leurs radars, ils se délectent des empathes! Quant à ceux qui ont de mauvaises vibrations, évitez-les, ils vous déprimeront. Mettez vos petites antennes intuitives en marche, recentrez-vous et prenez la ferme décision de ne plus être celle ou celui vers qui les autres se tournent par principe, en cas de problèmes ou de besoins émotionnels. Cela s'appelle respecter nos limites, notre prochain outil pour dans notre kit de sauvetage !


3. Limites, limites, limites !

Encore un sujet délicat et pourtant si crucial !

Il faut être honnête, nous ne sommes pas particulièrement doués pour fixer nos limites, faudrait-il encore que nous en ayons dans bien des cas.

C’est un sujet qui me tient particulièrement à cœur, car la plupart de ma vie j’ai été une personne “no limit”. Il a fallu que je me casse le nez des centaines de fois pour enfin comprendre la leçon. Pas trop douée, la fille ! Mais admettez-le, vous n'êtes pas particulièrement talentueux dans ce domaine, non plus.

Mais quelle différence quand cela fait enfin tilt et que nous commençons à fixer nos limites.

Être disponible, c’est bien, très bien même, mais pas à notre détriment, pas au détriment de notre santé physique et mentale, pas au détriment de notre estime de soi. Alors protégeons-nous, car notre santé est sacrée. Sans elle, notre qualité de vie en souffrirait, nous en souffririons. Alors dépensez votre temps et votre énergie judicieusement, ce sont nos ressources les plus précieuses.

Attention je ne fais pas l'apologie de l'égoïsme et de l'égocentrisme. Votre famille, vos proches et tous ceux qui respectent votre temps et vos limites, sont et devraient toujours être une priorité. Ici je faisais référence aux profiteurs, aux vampires énergétiques et à tous ceux qui se posent en victimes sans jamais bouger le petit doigt pour améliorer leurs conditions. Je parle des gens que vous rencontrez par hasard et dont les drames vous aspirent et vous font enfiler votre costume de sauveur.

Gardez vos distances, remettez vos petites antennes intuitives en marche, recentrez-vous. Ces situations-là vous épuisent, même à distance. Gare aussi aux proches qui pourraient abuser de vous, ils vous connaissent si bien !


(Vous ne savez pas si vous êtes hypersensible ? Voici les signes d'une personne hypersensible. Vous pouvez également faire le test ici ou ci-dessous)


test : ete-vous hypersensible ?

Tout cela est joli, mais ce n’est que de la théorie, alors en pratique ?

En pratique, commencez par dire non. Je sais, pas vraiment facile, mais certainement la solution nr.1.

Si vous ne savez pas dire non, vos “bourreaux” ne s'amélioreront pas, et vous ne ferez qu'empirer. Tout type de relation étroite devrait être une source de force pour les deux parties. Si une personne vous anémie en absorbant toute votre énergie à cause de ses besoins constants ou de sa négativité, il est temps de faire un pas en arrière. C’est le moment propice pour réexaminer l'équilibre de votre relation. La balance entre donner et prendre ne penche certainement pas de votre côté. Rappelez-vous, ce n'est pas de l’égoïsme, c'est de l'autodéfense ! Gardez votre énergie pour les personnes qui vous respectent. Si vous ne pouvez pas complètement effacer quelqu'un de votre cercle, prenez vos distances, et espacez vos rencontres ou vos interactions.


4. Ne vous laissez pas crouler sous le poids des malheurs du monde.

Pour nous, les âmes hypersensibles, porter le poids du monde sur nos épaules n’est pas qu’une expression. C’est d’ailleurs un des motifs pour lesquels, la plupart d’entre nous, ne regarde pas la télévision et évite de lire les actualités. C’est une grande source de détresse pour nous. Alors bien sûr, il y a des situations quand nous ne pouvons rien faire, l’information nous a été transmise ou elle concerne un proche, et nous devons confrontés (sommes mis devant) la réalité d’un événement triste ou cruel. Quelle est la solution dans ces cas de figures que nous ne pouvons malheureusement pas éviter ? Porter tout le poids du monde sur vos épaules ? Faux. Ce n’est vraiment pas la bonne réponse ! Faire preuve de froideur ou d'indifférence ? Encore faux ! Et de toute façon, nous, les hypersensibles, ne pourrions pas le faire. Alors quelle est l'alternative saine à la dégringolade émotionnelle ?

Reprendre nos esprits et nous impliquer! Devenir actif pour réellement faire une différence.


Bien sûr vous ne pourrez pas être partout à la fois, et surtout ne le faites pas! Identifiez ce qui vous tient particulièrement à cœur, une cause qui vous sensibilise le plus et partez en “croisade”. Si par exemple, vous ne pouvez ni envoyer de l’aide financière ni faire quoique ce soit pour le cancer pédiatrique, faites du bénévolat dans votre hôpital local, visitez les enfants. Ou allez sur les réseaux sociaux ou vous trouverez malheureusement trop de cas et supportez les familles, même des messages journaliers de soutien font une énorme différence pour ceux qui sont confrontés à cette maladie cruelle. Faites ce que vous pouvez faire, tout simplement.


Vous ne pouvez pas éviter d'être attristé par la souffrance, mais vous n'avez pas à vous y perdre non plus. Concentrez-vous seulement sur ce que vous pouvez faire.


5. L’attitude des autres n’est pas votre responsabilité.

Comme je l'ai déjà mentionné plus tôt à travers la fameuse expression “Trop bon, trop c..” (je vous laisse finir), la gentillesse est trop souvent vue comme un signe de faiblesse, et vous trouverez toujours quelqu’un pour en abuser. Ne vous méprenez pas, ceux qui utilisent cette expression sont ceux qui vous exploitent et ne voient pas la force derrière cette belle qualité.

N'en tirez surtout pas la conclusion que c’est votre faute si les gens profitent de vous. Vous n'êtes pas responsable de leurs actions. Par contre, votre manière de réagir est entièrement sous votre responsabilité.

Allez-vous ruminer pendant des heures, des jours, voire des années, parce que vous attendez encore un remerciement de la part de votre pote après l’avoir aidé à repeindre son salon ? Y retournez-vous quand il aura besoin de vous pour sa cuisine ? Allez-vous en vouloir encore longtemps à votre voisin qui vous a demandé de garder son chien tous les week-ends pendant un an alors qu’il n'était pas foutu de ramasser votre courrier quand vous partiez en vacances car il était trop occupé (avec le chien probablement) ?

Ou allez-vous enfin prendre conscience que certaines personnes ne méritent pas notre gentillesse et passer à autre chose ? La mauvaise attitude des autres, leur égoïsme ne sont pas votre responsabilité, votre responsabilité est votre réaction et ce que vous déciderez de faire avec ces personnes par la suite. Si vous n'êtes rien d'autre que serviable et amical avec votre collègue et qu’il continue d'être hautain et méprisant, c'est son problème, pas le vôtre. Gardez votre attitude positive, mais ne perdez pas de temps à vous sentir responsable de la mauvaise humeur, de l'égocentrisme ou de l'attitude grossière des autres. N'essayez en aucun cas de les "réparer" et surtout cessez de ruminer !


banniere appel decouverte

6. Baissez d'un cran le ton de vos émotions.

Avoir la capacité de ressentir toute chose intensément est certainement une force. Mais si vous vous sentez toujours sur la corde raide et souvent submergé par vos émotions et vos sentiments, il y a des circonstances qui ne s’y prêtent pas trop. Au cinéma, ça va ! Au boulot, pas trop. Si les émotions vous envahissent devant votre supérieur, essayez la méthode poker et gardez un visage impassible autant que possible. Je sais, pas évident! Pourtant dans certaines situations, il n’est pas recommandé de partager ce que vous ressentez avec tout le monde, même si vous ne pouvez pas le cacher vous-même. Exercez-vous dès que l’occasion se présentera. Je ne dis pas que vous deviendrez immédiatement les maîtres du camouflage, mais vous prendrez de l'expérience avec le temps, ce qui vous aidera beaucoup aussi pour contrôler tout débordement ou explosions.


Maintenant lorsque vos émotions vous submergent, faites un arrêt sur image et identifiez le catalyseur. Puis essayez d'analyser vos émotions de manière constructive. Qu’est-ce qui vous a mis dans cet état-là ? Qu’est-ce qui vous a dérangé à ce point ? Essayer de faire la part des choses : Le commentaire qui vous a blessé est-il la conséquence de quelque chose tenant de votre responsabilité et que vous pouvez améliorer ? Ou tout simplement, est-ce une réaction désobligeante et gratuite de celui qui vous a offensé parce qu’il s'était levé du mauvais pied ?


Si vous êtes confronté à une surcharge émotionnelle passagère ou situationnelle, essayez de vous extraire de la situation, remerciez la ou les personnes qui ont déclenché votre état, et mettez-vous à l'écart le temps qu’il faudra pour vous protéger des stimuli (bruits, gens et autres). Par contre, si cette surcharge émotionnelle est constante, il est temps de faire appel à un professionnel de la santé pour retrouver votre stabilité.

L'hypersensibilité n’est en aucun cas une pathologie, mais elle peut souvent aller de pair avec l'anxiété ou la dépression.


7. Connectez-vous avec d'autres hypersensibles.

Se sentir incompris, se replier sur soi-même et s'isoler est un problème pour de nombreux hypersensibles, mais ce n’est pas une fatalité ! Nous sommes quand même 20% à partager ce trait, tendez-leur la main ! Connectez-vous, même si c’est uniquement en ligne. Pouvoir communiquer et échanger avec ceux qui partagent nos traits donne toujours un sentiment d’appartenance et de communauté. C’est bon pour le moral ! A chaque fois que je communique avec un hypersensible, j’ai l’impression de pouvoir enfin respirer et de pouvoir ôter le masque que parfois je m’impose pour m'intégrer. Et puis cette possibilité de parler, de débattre et d'échanger sans avoir à expliquer le pourquoi du comment, c’est libérateur !

Faites vos premiers pas ici, vous aurez toute l’attention et la compassion de cette tribu !



Alors je ne vous promets pas une vie linéaire, pour la bonne raison que vous-même ne l'êtes pas, et puis cela ne vous plairait pas, mais la vie en montagnes russes, ce n’est pas de tout repos non plus. Alors sans étouffer vos émotions, sans tuer votre sensibilité, sans refouler votre intuition et toutes ces qualités qui font de vous une personne sensible, apprenez à dire « non », identifiez, respectez vos besoins et surtout protégez ce précieux cadeau que nous avons chacun ! La vie est rarement juste et le monde n'est pas toujours un endroit convivial, mais nous y avons indéniablement notre place ! N’en doutez jamais !



 

Vous souhaitez partager votre histoire, vos combats, les batailles que vous avez gagnées, et faire partie de notre cercle de personnes sensibles et intuitives. Venez avec nous et discutons avec d'autres personnes très sensibles ! Rejoignez la communauté des empathes et de hypersensibles :


Inscrivez-vous à nos newsletters pour recevoir des informations et des histoires destinées aux personnes très sensibles.

Rejoignez-nous sur : Instagram et Facebook

 


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page