top of page

L’aversion à la violence des hypersensibles

Il y a une caractéristique des hypersensibles dont nous entendons moins souvent parler et qui est pourtant importante. C’est plus un sujet qui survient dans une conversation entre hypersensibles à propos des choses qui les distinguent du reste du monde, mais qui sinon, est rarement abordé, tout juste survolé. Il s’agit de l’aversion pour les films d’horreur, toute forme de violence ou de contenus graphiques qui peuvent susciter une réponse « combat ou fuite ». Cela comprend aussi les actualités qui ne diffusent que des images et des informations dramatiques, macabres, criminelles et au contenu toujours négatif, pour faire progresser leur audimat. Pour une personne sensible ou empathique, regarder ce genre d’informations leur fait trop mal car ils ne peuvent pas supporter la violence ou la souffrance.

Pour certains (et les empathes en particulier), cette répulsion est encore plus poussée. Pour eux, il ne s’agit pas non seulement de voir, mais aussi d’entendre des actes de violence (comme des gens qui se battent) ou d'écouter la voisine raconter en détails une histoire vraie tragique (comme un accident routier).


J’en fais partie.


les hypersensibles et la violence

Les hypersensibles et les empathes réagissent fortement à la violence car ils absorbent les signaux émotionnels plus intensément que les autres. La détresse émotionnelle et l’inconfort physique peuvent être deux réactions s’ils sont mis en présence de scénario de violences, de cruauté ou de tragédie.

Alors que des milliers de personnes se précipitent au cinéma ou s'installent sur leur canapé pour regarder avec frénésie divers films d’horreur, prêtes à crier et à être surprises, les hypersensibles et les empathes redoutent et tentent de garder leur distance avec ce type de “divertissement”. Ce ne sont pas eux non plus qui ralentiront pour regarder un carnage routier ou qui resteront sans réaction face à la cruauté faite aux animaux.


Hélas, pour un empathe ou un sensible, essayant simplement de s'intégrer au reste du monde, il peut être difficile d'être le seul de son groupe d'amis à ne pas vouloir participer à des divertissements effrayants. Même si certains peuvent essayer d’éviter de s’imprégner des énergies négatives qui accompagnent ces activités, d'autres ne peuvent pas du tout y participer, et ce n’est pas grave. Ne vous forcez pas à faire des choses qui auront des répercussions désastreuses sur vous et vous empêcheront de dormir.


Cette aversion pour la violence et la cruauté peut varier d’une personne à l'autre et dépendre aussi du moment, si vous avez ou non vécu une journée chargée d’émotion. Certains pourront regarder une bonne partie d’un film violent et ne détourneront la tête qu'aux moments difficiles, d’autres auront une aversion pour le sang ou la violence, alors que d’autres ne pourront supporter de regarder des situations de désespoir ou des comportements immoraux.

Pour certains empathes ou hypersensibles, les réactions à ce genre d’expositions violentes peuvent varier considérablement aussi. Dans le meilleur des cas, cela peut simplement les mettre mal à l'aise, les obliger à détourner le regard ou quitter les lieux, mais pour certains, cela peut déclencher des sensations beaucoup plus fortes. Cela peut aller d’une sensation d’intestin noué à réellement se sentir malade, ou bien avoir des pensées et des flashbacks obsessifs. Cela peut aussi les amener à avoir des terreurs nocturnes ou des crises de panique. Donc, non seulement, personne n’est identique dans son aversion à la violence aussi bien par son taux de tolérance face à la violence, mais aussi sur le niveau de ses réactions.

Chaque personne hypersensible réagit donc différemment face à la violence tant au niveau de son taux de tolérance qu'à l'amplitude de ses réactions.


test: etes-vous hypersensible

Je me considère dans le haut niveau d'aversion, et c'est pour cela que je ne regarde jamais la télévision, et évite de lire les informations. Lorsque quelqu'un tente de me décrire une scène tragique dont elle a été témoin, je la coupe instantanément. Je ne peux pas regarder non plus quelqu'un couper un arbre ou écraser un escargot, l'image me poursuivra pendant longtemps, et mon aversion se tournera vers ses personnes immédiatement. La violence et la cruauté (et l'injustice, mais ce n'est pas le thème de ce post) sont deux (trois) choses qui me sont complètement insupportables, et pour lesquelles j'ai des réactions physiques et émotionnelles perturbantes, qui souvent ne me quittent pas pendant des jours, même des mois. Cela ne fait pas de moi une personne fragile ou faible.

Je serais la première à courir auprès d'un mourant pour l'accompagner à partir, ou je soignerais une plaie ouverte en cas de besoin. Je serais aussi la première à intervenir si j'étais témoin d'un acte de violence pour tenter d'arrêter le conflit, mais tout cela aurait bien sûr des répercussions que je paierais très chers après coup. Mais m'exposer à la violence comme distraction, jamais !


Alors, quelle que soit votre aversion et quelles que soient vos réactions, sachez que vous n'êtes pas seul. Cela peut être frustrant et même embarrassant. Mais mes amis sensibles, il n’y a pas de quoi avoir honte… du tout.


Avoir des sentiments négatifs envers des choses négatives est naturel et correct dans tous les sens du terme !


 

Vous souhaitez partager votre histoire, vos combats, les batailles que vous avez gagnées, et faire partie de notre cercle de personnes sensibles et intuitives. Venez avec nous et discutons avec d'autres personnes très sensibles ! Rejoignez la communauté des empathes et de hypersensibles :


Inscrivez-vous à nos newsletters pour recevoir des informations et des histoires destinées aux personnes très sensibles.

Rejoignez-nous sur : Instagram et Facebook (groupe privé)

 

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page