top of page

La science derrière l'empathie

Pour expliquer l’empathie, la science en est encore à ses balbutiements. Si vous faites des recherches sur l’empathie, vous tomberez sur de nombreuses informations liées à la spiritualité, aux capacités psychiques ou à la communication interdimensionnelle. Je suis curieuse et passionnée de tout cela, mais ce n’est pas suffisant lorsque je veux comprendre mon hypersensibilité et mon empathie parfois débordante. J’ai également besoin de preuves tangibles pour expliquer mes expériences quotidiennes, et celles de millions de personnes hypersensibles et d’empathes comme moi. Même si je ne suis pas une passionnée de science, j’aime lorsqu’elle nous apporte des explications, des solutions et nous fait progresser. Puis, lorsque quelque chose ne peut pas (encore) être expliqué par la science, il est probable que cela soit labellé irrationnel, sans fondement, purement théorétique, surnaturel ou pseudo-quelque chose, et nous savons tous comment cela est vu… avec un sourire sarcastique.

Bien qu’il reste encore un long chemin à parcourir, la science est sur le point d’expliquer l’empathie, ou du moins une partie de celle-ci, car elle n’en est encore qu’à ses débuts. L'intention de cet article est donc d'avoir une chance de comprendre l'empathie de ce point de vue.

J'espère toutefois qu'il y aura bientôt davantage de progrès dans le domaine de la recherche liée à l'empathie, car je considère que c'est l'un des sujets les plus intéressants et les plus importants pour une personne très sensible ou empathique, comme moi.

empathie

Un petit rappel avant d'aller de l'avant avec la science et l'empathie… Selon la plupart des psychologues cliniciens et conseillers, un ensemble de trois compétences distinctes est nécessaire pour définir une personne véritablement empathique :

  • la capacité de partager son expérience,

  • la capacité cognitive d’intuitionner ou de mentaliser (et peut-être de comprendre) ce que ressent une autre personne, et

  • une intention « socialement bénéfique » de répondre avec compassion à la détresse de cette personne.


Ceci étant dit, voici 4 explications des éléments/mécanismes de l’empathie…


Éléments et mécanismes de l’empathie

Contagion émotionnelle

La première découverte qui améliore notre compréhension des empathes est le phénomène de contagion émotionnelle. Les scientifiques qualifient le processus d’absorption des émotions de contagion émotionnelle. Selon la psychologue sociale Carolina Herrando (article publié dans Frontiers in psychology en 2021), la contagion émotionnelle est plus souvent positive que négative. La contagion émotionnelle est le transfert involontaire de sentiments à autrui, parfois inconsciemment. Des exemples de contagion émotionnelle implicite pourraient être le sourire spontané d’un étranger ou le rire d'un enfant qui égaye la journée de quelqu'un d'autre, et améliore son humeur. La contagion émotionnelle peut également propager des émotions négatives, mais elles ne sont pas toujours mauvaises. Cela peut en fait éveiller l’empathie, qui améliore presque toutes les situations et constitue le fondement de la moralité.


Neurones miroirs

La contagion émotionnelle et l’empathie s’expliquent principalement par l’activité de nos neurones miroirs. Les chercheurs ont découvert un groupe spécialisé de cellules cérébrales responsables de la compassion. Ces cellules, appelées neurones miroirs, participent à l’empathie, à la compréhension des actions des autres, et à l’apprentissage de nouvelles compétences par imitation. Ces neurones nous permettent de refléter les émotions, de partager la douleur, la peur ou la joie d’une autre personne. Parce que les empathes et les hypersensibles ont des neurones miroirs plus actifs, cela explique qu’ils résonnent profondément avec les sentiments des autres.


Ainsi donc, la théorie des neurones miroirs aide à expliquer certains aspects de l’empathie, mais elle ne les explique pas tous. L’exemple le plus connu de la théorie du miroir est celui d’une personne qui bâille devant nous, et qui nous fait bâiller aussi. Elle peut aussi expliquer pourquoi quelqu’un est instantanément triste en présence de quelqu’un qui pleure. Mais, bien que ces explications soient vraies pour le processus de contagion émotionnelle, la théorie des neurones miroirs n’explique pas certains autres aspects de l’empathie. Par exemple, comment quelqu’un peut ressentir les sentiments d’un de ses proches alors que cette personne est à distance de lui, et qu’il n’a aucune connaissance de ce qui se passe avec l’autre personne. Si les neurones miroirs peuvent facilement expliquer l’empathie, et encore mieux la contagion émotionnelle, lorsqu’il existe un contact (quel qu’il soit) avec une personne, cette théorie faillit à donner une explication pour une situation de non-contact. Je pense que la science a encore un long chemin à parcourir pour comprendre l’empathie, mais cette théorie et les suivantes peuvent certainement nous donner un point de départ pour l’expliquer d’un point de vue scientifique.


Champs électromagnétiques

Le troisième constat me tient à cœur car il est pour moi presque tangible. Il repose sur le fait que le cerveau et le cœur génèrent tous deux des champs électromagnétiques. Selon le HeartMath Institute, ces champs transmettent des informations sur les pensées et les émotions des gens. Les empathes grâce à leur sensibilité très développée seraient donc plus réceptifs à ce champ électromagnétique, ce qui expliquerait non seulement leur connexion/réception des “informations” avec une personne proche physiquement, mais aussi celle avec une personne à distance, ou même le collectif..

À mon avis, il existe bien plus qu’une connexion cœur-cerveau ; nous savons aussi maintenant que notre intestin est également appelé le deuxième cerveau. Bien que notre système nerveux entérique (le nom scientifique de notre deuxième cerveau) ne puisse ni faire de mathématiques ni composer de paroles, ce vaste réseau utilise les mêmes cellules et produits chimiques que le cerveau, non seulement pour nous aider à digérer, mais aussi pour alerter le cerveau lorsque quelque chose ne va pas. Je crois aussi que notre corps tout entier est composé de nombreux centres énergétiques qui émettent entre eux et avec le champ extérieur, mais ceci n’est pas du domaine de la science occidentale. Nous sommes des êtres connectés, et pas seulement à notre téléphone !

Mais là, je m'égare et m'éloigne, alors revenons aux théories que la science a pu mettre en avant jusqu’à présent.


Sensibilité accrue à la dopamine

La quatrième découverte concerne la dopamine. La dopamine est un neurotransmetteur qui augmente l'activité des neurones, et est associée à la réponse de plaisir, ce qui donne envie de réaliser certaines activités.


La science a montré que le cerveau d’une personne très sensible a une réponse dopaminergique différente de celle du cerveau typique. En termes simples, les HSP sont moins susceptibles d’être affectés par la dopamine, et le manque de réponse à la dopamine est en fait ce qui les aide à devenir plus réfléchis et observateurs lorsqu’ils travaillent sur le traitement de l’information.


Une découverte très intéressante est que des recherches ont montré que les empathes introvertis ont tendance à avoir une plus grande sensibilité à la dopamine que les extravertis. (Dommage, je suis ambiverti, alors où dois-je rester ? :)) ) Cela signifie que les empathes introvertis ou les personnes sensibles ont besoin de moins de dopamine pour se sentir heureux. C'est toute une découverte ! Cela pourrait alors expliquer pourquoi les personnes introverties se contentent davantage d’être seules, d’avoir des activités calmes comme la lecture, la méditation et ont besoin de moins de stimulation externe.



Une évidence: le cerveau des hypersensibles est connecté pour d’autres personnes

Alors que pour quelqu’un avec un cerveau typique, il peut être plus facile de se déconnecter des autres, pour les hypersensibles, ce n’est pas aussi facile. En fait, le cerveau d’une personne très sensible est en réalité programmé pour les autres. On sait que dans les situations sociales, le cerveau devient plus actif, alors lorsqu’une personne très sensible se trouve dans un environnement social, son cerveau devient plus attentif à son environnement et aux autres personnes à proximité.


Pensées finales

Je pense que je n'extrapole pas en disant que l’empathie peut être particulièrement accablante étant donné l’apport émotionnel extrêmement négatif présent dans notre monde moderne. Cela est particulièrement vrai pour les empathes et les hypersensibles qui ont une grande empathie et une faible tolérance aux émotions négatives, surtout si elles ne peuvent rien faire pour aider et transformer le négatif en positif.


Pourtant, les scientifiques ont découvert des preuves préliminaires selon lesquelles l’empathie n’est pas seulement une question de sentiments, c’est aussi une question de science. D’une manière ou d’une autre, ces découvertes aident ma nature sensible et empathique à être validée après de nombreuses années à croire que j’avais un problème. J’espère de tout mon cœur que cela aidera d’autres personnes comme moi à présenter les explications scientifiques chaque fois qu’elles seront rabaissées ou rejetées par des personnes très sceptiques quant à leur trait de caractère.

Alors que les mystères du cerveau continuent de dévoiler leurs secrets, nous devons chérir ce don et être très reconnaissants d’être nés avec lui.

.

Si les gens commençaient à considérer les émotions comme une partie absolument magnifique de qui nous sommes en tant qu'êtres humains, plutôt que de les craindre ou de les étouffer, ils en apprendraient davantage sur leurs propres émotions, et celles des autres. En ayant ces clés en main, l'empathie leur viendrait naturellement.


L'empathie joue un rôle essentiel dans la nature humaine qui fait de nous des êtres sociaux. Non seulement elle nous aide à devenir des êtres plus sociaux et moraux, mais l’empathie est également importante pour nous aider à comprendre les intentions et les actions des autres. Cela nous aide à fonctionner comme une unité dans la société.


Avoir la capacité de partager des expériences avec d’autres êtres tout en ayant une vue sur leurs pensées n’est rien de moins que magique. L'empathie est vraiment un super pouvoir !



 

Vous souhaitez partager votre histoire, vos combats, les batailles que vous avez gagnées, et faire partie de notre cercle de personnes sensibles et intuitives. Venez avec nous et discutons avec d'autres personnes très sensibles ! Rejoignez la communauté des empathes et de hypersensibles :


Inscrivez-vous à nos newsletters pour recevoir des informations et des histoires destinées aux personnes très sensibles.

Rejoignez-nous sur : Instagram et Facebook (groupe privé)

 


Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page