top of page

Les bavardages, un défi pour les hypersensibles

Entre un monde qui n'arrête pas de parler, et celui des hypersensibles qui n'arrêtent pas de penser, il y a le silence. Le silence que nous aimons tant car il apaise notre surstimulation et nous permet de nous recharger. Je ne pourrais pas affirmer que toutes les personnes très sensibles détestent les bavardages, mais c’est une de leurs caractéristiques, et c’est certainement une des miennes. Je n’aime pas le babillage.

bavardage

Mais pourquoi aimerions-nous le bavardage ?

Les bavardages demandent une énergie incroyable qui n’est pas vraiment nécessaire, car cela ne nous apporte absolument rien en retour. Penser à des choses à dire pour ne pas paraître complètement désintéressé, se creuser la tête pour trouver des questions afin de manifester un peu d’attention, suivre quand même la conversation pour hocher de la tête ou sourire au bon moment, c’est épuisant. Bien plus difficile à faire que de parler de sujets importants, passionnants, intéressants qui mettent nos neurones en action.


Les bavardages sont dénués de sens, répétitifs, or les hypersensibles ne supportent pas l’inutilité. Nous n’avons rien contre les sujets superficiels, si de la superficialité nous passons vite à la profondeur, mais le bavardage ne permet pas cette transition. Il reste à l'étape de caquetage, comme pour ne pas être confronté au silence, et encore moins aux parties de nous-mêmes que nous essayons de cacher.


Les bavardages nous obligent à réfléchir rapidement à des choses qui ne nous intéressent pas, ce qui nécessite de l’énergie.


Les bavardages sont ennuyeux. Nous ne découvrons jamais rien d’intéressant sur quelqu’un grâce à des discussions futiles, sinon que ces personnes aiment rester à la surface des sujets, en faisant beaucoup de bruit et en montrant beaucoup d’agitation, ce qui est intolérable pour les hypersensibles.


Les bavardages nous dérangent et sont un vrai défi car nous sommes trop occupés à réfléchir, à ressentir et à remarquer, pour parler de la météo.


Les bavardages ne nous permettent pas de faire ce que nous aimons. Mettez-nous au milieu de longues et profondes conversations, et nous serons dans notre élément. Avoir ce type d'environnement nourrit notre authenticité, et notre âme. A ce moment-là, vous découvrirez un hypersensible rieur, passionné, impliqué… bavard !

Mettez-nous au centre de discussions à bas prix, et vous aurez un renfrogné qui s’ennuie.

Alors ce n’est pas que nous n’aimons pas le bavardage, mais nous l'apprécions seulement après l’avoir approfondi.


Les bavardages sont aussi pleins de « non-questions », de questions rhétoriques censées nous tenir en haleine, sauf que ce n’est pas vraiment le cas, car il n’y a rien de passionnant dans le bavardage bon marché. Malgré tout, nous essayons de notre mieux de répondre à ces questions (qui n’en sont pas), et à nouveau, nous puisons dans notre énergie pour trouver une réponse qui a du sens (elle). Tout cela pour nous rendre compte que notre interlocuteur ne se soucie pas de notre réponse, au contraire, il nous laisse l’impression de l’avoir ennuyé, dérangé.

Comment savoir qu’une question est une non-question ? Pendant que vous êtes en train de répondre, la personne qui a posé la question, paraît vraiment exaspérée et pressée que vous terminiez, vous coupe la parole, ou vous donne l'impression qu’elle avait juste envie de s'écouter…


Enfin, les bavardages tuent le beau silence. Et nous aimons le silence.


banner appel decouverte

Les hypersensibles peuvent bavarder…

… mais ce n’est pas pour cela qu’ils aiment cela. C’est même l’une des activités qu’ils redoutent le plus car ils ont une inclination pour les expériences riches et significatives de la vie. Non seulement ils absorbent une grande quantité d’informations qu’ils traitent en profondeur, mais ils ont souvent une vie intérieure très riche qui les rend introspectifs et contemplatifs. Donc, bien sûr, ils aiment des conversations approfondies. Cela leur permet de partager leurs réflexions internes et de se sentir connectés aux autres de manière significative.

Cela ne veut pas dire que toutes leurs conversations doivent être philosophiques, spirituelles ou métaphysiques. Écouter quelqu’un parler avec passion de son travail ou une autre personne partager de manière vulnérable ses souffrances, enflamme notre cœur et ravit notre esprit. Soyez authentique, vulnérable et profond, et ils seront à votre écoute d’une manière très active, intéressée et compatissante.


En revanche, les bavardages qui ne font qu’effleurer la surface, sont pour les HSP, une avalanche de platitudes ennuyeuses. Cela ne correspond tout simplement pas au désir que les hypersensibles ont de vraiment connaître le fonctionnement interne d’un autre être humain.


En plus de cela, les situations sociales sont souvent trop stimulantes pour les hypersensibles, alors si en plus, ils sont obligés de participer à des discussions sans intérêt, ils peuvent se sentir mal à l’aise et anxieux.



A retenir... même si le bavardage est un vrai défi

Je comprends pourquoi le bavardages existent. Cela existera toujours. Lorsqu’ils ne sont pas continus, ils peuvent avoir leur intérêt, surtout lorsque vous rencontrez une personne pour la première fois, un collègue dans les couloirs, la voisine sur le palier, etc…

Pourtant, j'aimerais vivre dans un monde où nous pourrions tous devenir directement les meilleurs amis de tout le monde pour éviter l'étape des bavardages qui se produit au début de chaque relation, mais bien sûr, ce n’est pas possible. Sans le bavardage pour “faire connaissance”, d’autres relations plus significatives ne prospéreraient pas, donc on doit en passer par là. Ce qui est navrant, c’est que passé cette étape, il y a pourtant certaines relations qui n’existent qu’au stade du bavardage, et qui ne décollent jamais plus haut. C’est dommage.


J'adorerais aussi vivre dans un monde où le silence est autant valorisé que la parole. Mais nous ne vivons pas dans ce monde-là. Il faut l’accepter… les bavardages polis sont un mal nécessaire dans notre société, et ils font partie du masque que nous portons pour être socialement acceptés.

Et on ne sait jamais quelles belles surprises peuvent se cacher de l’autre côté de ce redoutable bavardage. Parfois, ce n’est rien, mais d’autres fois, c’est un nouvel ami hypersensible !


test : etes-vous hypersensible

 

Vous souhaitez partager votre histoire, vos combats, les batailles que vous avez gagnées, et faire partie de notre cercle de personnes sensibles et intuitives. Venez avec nous et discutons avec d'autres personnes très sensibles ! Rejoignez la communauté des empathes et de hypersensibles :


Inscrivez-vous à nos newsletters pour recevoir des informations et des histoires destinées aux personnes très sensibles.

Rejoignez-nous sur : Instagram et Facebook (groupe privé)

 

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page