top of page

Une jolie métaphore pour les empathes : le diapason

Les empathes, tout comme les hypersensibles à un niveau un peu différent, ont une plus grande sensibilité à leur environnement, une perception sensorielle exacerbée, et des processus de pensée et de ressenti plus profonds.


Les empathes sont des personnes ultrasensibles qui ont le don de ressentir les sentiments des autres, comme s'il s'agissait des leurs. C’est bien plus que d’éprouver de l’empathie pour un autre être humain et sa souffrance. C’est une expérience incarnée, constante et vécue.


diapason

En termes scientifiques, avoir de l’empathie est un acte primordial, c’est “voir” lorsqu’une autre personne éprouve de la douleur ou de la souffrance, et répondre aux signaux verbaux, faciaux ou gestuels avec empathie. Mais la douleur ou la souffrance est vécue comme un acte non primordial, c’est-à-dire non ressenti directement.


Pour les empathes, le ressenti existe. La douleur ou la souffrance d’autrui est vécue comme primordiale. En effet, les empathes ont la capacité de ressentir l'origine de la sensation, les parties du corps qui souffrent et le type particulier d'énergie lié à la douleur (aiguë, chronique, engourdissante, sourde, douloureuse, picotante, électrique, etc.).

L’effet miroir du ressenti de la souffrance d’autrui n’est pas seulement physique, il est aussi émotionnel et psychologique. L’empathe sentira que “quelque chose ne va pas” au-delà des mots, d’un comportement, de la “vision”... de l’espace-temps.

Il peut aussi bien ressentir les énergies de ses proches, mais aussi d’un étranger et d’un collectif.


Le mécanisme n’est pas encore bien connu, et les recherches dans ce domaine sont encore sommaires. Toutefois la neurobiologie et la neuroscience ont commencé à apporter des réponses concrètes en ce qui concerne l'hypersensibilité et l’empathie. Il reste pourtant des zones d’ombre pour expliquer l’empathie vécue comme un ressenti primordial. Alors, faut-il l’attribuer à tout autre chose ?


Dans leur quête de sens, les empathes méritent un récit qui reflète leurs expériences personnelles et uniques, et qui bien souvent est vu comme un phénomène tout droit sorti de leur imagination.


A la question, si tu étais un objet que serais-tu? Souvent les empathes et les hypersensibles répondent : une éponge. Il est vrai que l’association est tout à fait pertinente, comme celle d’un récepteur, d’une antenne, et tout objet qui capte ou absorbe l'énergie des autres.


Moi, j’ai choisi le diapason. C’est une belle métaphore pour décrire le don d’empathie pour plusieurs raisons qui me tiennent à cœur.


La première et la plus évidente est que les empathes captent les vibrations subtiles de l’énergie.


La deuxième est que l’effet ressenti du contenu énergétique ou émotionnel d’autrui dure souvent beaucoup plus longtemps que l’événement initial ! Au départ, le ressenti peut être violent (plus “audible”), puis il se dissipe en sourdine, laissant derrière lui, des vibrations plus longues, apparemment imperceptibles. Mais ces vibrations sont comme ancrées dans les cellules et dans la conscience, jusqu'à ce que les sentiments disparaissent complètement, ou s'ancrent et se recentrent.


Le diapason contient une note pure et inaltérable. Le don d’empathie a beaucoup de pureté.

Comme un diapason, l’essence d’un empathe ne change pas, ne peut être transformé, contenu ou refoulé. Qu’il essaie de refouler ou ignorer son don n'empêchera pas un empath de ressentir. Il peut essayer de canaliser ce don pour qu’il soit en harmonie avec lui-même, ou laisser sa vie être une cacophonie d'énergie en se “mettant au diapason” avec tout le monde d’une manière chaotique.

Quoiqu’il en soit, l’essence d’un empathe ne change pas et sa capacité à entrer en résonance avec les autres est précise. C’est à lui de faire vibrer ou non son “diapason”.


Enfin, le diapason fournit des sons et des vibrations thérapeutiques qui sont souvent utilisés dans le travail de guérison. En soi, la présence d’un empathe peut être une guérison. En se mettant sur la même vibration que leur interlocuteur, il s’ouvre à celui-ci tout en lui offrant l’espace d'être vulnérable. Mais son plus grand cadeau est d’accorder à autrui (comme le diapason) une véritable compréhension, une profonde empathie et une connexion profonde et authentique.


Quelle est votre expérience en tant qu’empathe ? Quelles métaphores vous aident à donner un sens à vos expériences ?


7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page