top of page

Pour ceux qui ne trouvent pas leur place

Du fait de mon activité mais aussi dans mes relations personnelles, j’ai observé un sentiment général de non-appartenance. Ce sentiment souvent mal vécu, est de plus en plus profond, non seulement chez les hypersensibles qui ont déjà bien souvent ce sentiment dû à leur trait de personnalité, mais aussi chez les non-sensibles. Personne n’y échappe !


Pour ceux qui ne trouvent pas leur place

Nombreux sont ceux qui ne se retrouvent pas, que ce soit d'une manière spécifique ou non, dans la dynamique de leur famille, celle de leurs amis ou de la société en général. Ils ont cette profonde impression de ne pas pouvoir s'intégrer à aucun groupe, et cela touche aussi les communautés spirituelles qui sont de plus en plus désertées. Peut-être que tout comme moi, vous avez ce constant sentiment d'être soit complètement en dehors du groupe soit tout juste à sa périphérie.

Pour ma part, je n'ai jamais appartenu à aucune tradition religieuse. Je ne m'identifie à aucune philosophie ou idéologie particulière. Je ne suis affiliée à aucun parti politique ou à tout autre groupe qui, d’une manière ou d’une autre, symbolise la division ou par mon adhésion me pousserait dans ce sens.

Bien sûr, j’ai tâtonné plusieurs collectifs, plusieurs idéologies dans la recherche de mon identité, mais aucune ne s’accordait à l'éventail de mes pensées. Elles les enrichissaient sans aucun doute, me permettaient d'élargir mes perspectives et mes connaissances bien sûr, mais dans leur intégrité, je ne sentais aucune appartenance. Il y avait toujours une notion fondamentale, une ligne de conduite, un chapitre du “manuel d’utilisation” qui me dérangeait profondément ou ne s'alignait pas à mes idées, à mes interprétations ou à une de mes valeurs primordiales.

Alors souvent, le sentiment de “ne pas trouver ma place” a souvent été source de frustration, d'aliénation et de solitude car j'étais partout et nulle part. Mais au fil du temps, je l’ai considéré de plus en plus comme un atout, comme une liberté incroyable. Ce sens de non-restriction m’a permis de développer une plus grande perspective et d’avoir une ouverture d’esprit sans limite.

J’ai eu la chance de vivre dans des endroits et de côtoyer des gens avec des croyances, des idéologies ou des identités complètement opposées… religieuses, politiques, personnelles. C’est en observant ces différences et en étant à l’écoute des autres, que cela m’a permis de reconnaître que, malgré toutes les apparentes oppositions, tout le monde avait beaucoup plus en commun qu’ils ne voulaient admettre, ou parfois même qu’ils réfutaient complètement.

C’est amusant mais contradictoirement, c’est aussi très triste. Combien de fois avons-nous été témoins de conflits, de divisions, de haine au nom d’une opinion, d’une idéologie, d’une religion ou d’un choix de vie ? Combien de fois voyons-nous des personnes s'opposer catégoriquement pour des choses similaires, s'accuser mutuellement d’avoir subi un lavage de cerveau, d'être victime de désinformation, d'être ignorants, partiaux, biaisés ? C’est presque devenu une mode.


Quand le dialogue est rompu, que nous entendons sans écouter, nous ne pourrons jamais être curieux des différentes perceptions que peuvent avoir les autres. Essayer de comprendre son approche, ses peurs, ses traumatismes ou le contexte de ses opinions nous permet beaucoup plus de compassion et d’empathie, et pourquoi pas même de compréhension et d’acceptation. Être à l'écoute de l’autre nous permet d’entendre une histoire, son histoire. Et celle-ci nous offre bien souvent le contexte de ses opinions, de sa vérité. Pour tout autant qu’une seule vérité n’existe pas, c’est pourtant la sienne.

Car même si, par définition, la vérité de chacun est relative et, dans une grande mesure subjective, chacun détient sa propre vérité.


Il existe une histoire qui décrit assez bien cela.

C'est l'histoire de deux aveugles qui n'avait jamais touché un éléphant.

Lorsque le premier aveugle fut pour la première fois en présence d’un éléphant, il attrapa sa queue puis le décrit comme étant long et pointu.

Lorsque l'autre aveugle approcha l'éléphant, il toucha son ventre et conclut que celui-ci était plat et rugueux.

Après avoir touché l'éléphant, chacun des deux hommes raconta son histoire, la percevant comme étant la vérité. Les deux hommes avaient raison à leur niveau de perception, mais chacun a perçu les choses sous un angle différent.


Si nous avions fermé les yeux en même temps que ces deux hommes aveugles, sans savoir ce qu’ils devaient décrire, nous aurions été très surpris de découvrir que chacun d’eux venait de décrire un éléphant. Nous n’aurions jamais pu le deviner bien sûr, car chacun avait décrit une partie de l'éléphant, celle qu’ils avaient touchée puis imaginée. Aucun n’avait décrit l'éléphant dans son ensemble.

En analogie, si nous pouvions fermer les yeux et écouter l’histoire de chacun, nous serions très surpris en ouvrant les yeux de voir que personne, les yeux bandés, ne pourraient jamais décrire un éléphant dans son ensemble. En toute logique, lorsque notre perception est limitée et si nous n’essayons jamais de faire le tour de l'éléphant, nous aurons toujours une vision réduite, quel que soit l’angle où nous regardons l'éléphant. Il y aura toujours des parties hors de notre vision.

Bien sûr, c’est une métaphore mais vu dans cette perspective, pouvons-nous toujours vraiment affirmer qui a raison ?


Si par magie, vous pouviez voir en vous-même, ce que vous voyez si clairement chez les autres. Si seulement vous pouviez voir en eux ce que vous faites ? Que verriez-vous ? La même chose ! le désir d'être heureux, d'être aimé, de vous sentir en sécurité etc… alors peut-être ne seriez-vous pas si divisés.


Alors que nous traversons aujourd’hui des moments d'extrêmes turbulences au niveau collectif, au lieu de nous regrouper, de nous entraider, la croissance de notre division nous éloigne encore plus du but commun que nous avons tous en fait. Nous limiter et nous cantonner à des affiliations et des identités très étroites, nous fait perdre exactement ce que nous désirons tous... la paix intérieure. Appartenir à un groupe ou à un autre ne fait qu’aggraver les luttes dont nous sommes les victimes ou témoins.


Tout cela n’est qu’une illusion. Nous avons tous la même nature spirituelle, nous sommes tous ici pour expérimenter la forme humaine de notre énergie vitale, de notre esprit qui est illimité. Pourquoi compartimenter et contraindre notre expérience humaine quand toutes les possibilités existent ? Bien sûr, nous avons des choix à faire, mais sommes-nous ouverts à la possibilité que nous ne détenons pas la vérité ? Sommes-nous ouverts à reconnaître que nous pouvons nous tromper, que nos valeurs, nos perspectives ne sont ni meilleures ni pires ? Que chacun a sa propre histoire, ses propres démons et ses espoirs ? Et que chacun fait de son mieux pour vivre le plus sereinement possible ?

La sagesse n’est-elle pas d'appartenir à l'ensemble de l'existence ?


Lorsque nous limitons notre identification à un groupe, à une idéologie, ou à quoique ce soit restrictif, nous repoussons toute autre perspective et nous nous privons d’une expérience beaucoup plus large, beaucoup plus enrichissante, une expérience sans limite.

En rejetant automatiquement tout ce que nous percevons comme une opposition, sans accorder la moindre considération, sans même essayer de comprendre, sans même écouter ce que l’autre expérimente, la richesse d’un dialogue ouvert est complètement compromise.


Dans le même ordre d'idée, lorsque nous rejetons l'idée d’examiner de près et évitons de remettre en question les croyances, les hypothèses ou l'idéologie du groupe auquel nous appartenons, nous abandonnons notre croissance en la mettant aveuglément dans les mains d’autrui, et nous perdons complètement notre pensée critique.

En évitant de comprendre comment d’autres personnes en sont arrivés à cette façon de penser ou de croire, nous refusons de voir la possibilité qu'ils ont peut-être raison, peut-être pas à propos de tout, mais peut-être à propos de certaines choses. En choisissant de ne pas écouter et d'être hermétiquement fermé à des perspectives différentes, vous passez peut-être à côté de réaliser que vous vous trompez aussi à certains égards.

Mais si vous vous accrochez à une identité, complètement dépendante de celle du groupe auquel vous appartenez, vous ne pourrez jamais considérer que leur vérité n’est qu’une variante parmi une infinité existante.

Cela ne veut pas dire que vous réfutez complètement la possibilité de vous identifier à certaines idées d’un groupe ou d’un autre. Mais vous ne vous limitez à aucune de ces choses.

Vous avez certainement des croyances qui penchent dans un sens plus que dans un autre. Mais ainsi, vous vous permettez plus de flexibilité, plus d'ouverture d'esprit, plus de volonté de remettre en question la validité de ces croyances.

A travers notre refus d'écouter et d’essayer de comprendre ceux qui ont des points de vue opposés, nous réfutons toute possibilité d’avoir une identité constructive. Souvent, s'intégrer à un groupe et une idéologie signifie compromettre notre propre intégrité. Et bien souvent, nous n’en sommes pas conscients.

Mais tristement, cela peut même aller jusqu'à compromettre notre propre intelligence, notre nature curieuse, notre créativité et nos propres facultés logiques et rationnelles. Cela signifie compromettre notre capacité à penser librement, à percevoir clairement, à former notre propre évaluation ou nos opinions personnelles. C’est tout simplement adopter aveuglément ce que les autres dans le groupe croient et ensuite propager la doctrine du groupe comme la seule vérité valable.


Souvent, s'intégrer peut signifier se limiter à une perspective très étroite et couper à la racine toutes possibilités d’expansion. Alors si vous vous trouvez dans cette place de neutralité, en dehors de toutes les boîtes dans lesquelles la société veut nous enfermer,

au lieu de le voir comme un échec, comme une tare sociale, nous devrions en être reconnaissants et essayer d'en voir les avantages… notre propre expansion !


 

Vous souhaitez partager votre histoire, vos combats, les batailles que vous avez gagnées, et faire partie de notre cercle de personnes sensibles et intuitives. Venez avec nous et discutons avec d'autres personnes très sensibles ! Rejoignez la communauté des empathes et de hypersensibles :


Inscrivez-vous à nos newsletters pour recevoir des informations et des histoires destinées aux personnes très sensibles.

Rejoignez-nous sur : Instagram et Facebook

 


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page