top of page

Témoignage: un des mes plus gros défis, l’empathie à la puissance 10 !

Pourquoi les hypersensibles et les empathes absorbent-ils les émotions des autres ?


Si pour certaines personnes ou dans certaines occasions, absorber les émotions des autres est un énorme atout, dans la majorité des cas, ce n’est pas une bénédiction. Cela peut même être difficile à vivre au quotidien. Si vous avez la malchance de croiser ou d’interagir avec une personne qui souffre ou qui n’est pas dans un bon jour, leur état d’esprit ou leur douleur peut avoir des répercussions sur votre état général.

Imaginez être dans un endroit bondé, avec toutes les énergies qui circulent, nous pouvons même ressentir un malaise physique sans savoir pourquoi. Cela va même au-delà pour les empathes qui peuvent sentir l'émotion du collectif. Alors à chaque événement tragique, comme des tremblements de terre ou des attentats, par exemple, c’est un véritable supplice.


Beaucoup de gens sont persuadés que le fait d’absorber les émotions des autres relève de la fantaisie pour attirer l’attention, et que rien de tout cela n’existe. Heureusement, comme je vais l’expliquer dans ce billet, la neuroscience vient à notre rescousse pour expliquer pourquoi cela se produit.


empathie

Les personnes très sensibles ont une immense capacité d’empathie. C’est pour cette raison que les hypersensibles ont tendance à être attirés par des professions d’aide comme la thérapie et l’enseignement. Souvent ils deviennent des confidents pour leurs amis, des soignants pour leur famille ou un soutien pour leur entourage. L’empathie des hypersensibles et des empathes dépasse souvent celle de la définition habituelle du mot. Ils ne font pas que remarquer ce que ressentent les autres, ils le ressentent eux-mêmes, dans leur propre corps et dans leurs émotions.


Cela peut être extrêmement épuisant d’absorber les émotions des autres, mais cela peut aussi être un atout dans certains emplois ou dans des situations qui nécessitent un peu de « lecture dans les pensées ». Cependant, lorsque ce trait prend de l’amplitude, il devient émotionnellement et physiquement épuisant, et peut laisser les hypersensibles et empathes complètement vides.


En tant que coach pour hypersensibles et empathes, c'est mon travail de détenir les histoires et les luttes intérieures ou extérieures de chacun de mes clients. Cela implique les émotions et les implications que ces histoires ont sur leur vie. Alors, sans aucun doute, c'est un immense honneur d'être inclus dans l'histoire de vie des autres, et dans leur voyage psychologique et émotionnel, mais certains jours, cela peut être particulièrement épuisant. Jongler avec mes émotions et celles des autres peut me rendre vulnérable si je ne suis pas attentive entre ce qui m’appartient et ce qui appartient à mes clients. C’est un travail constant et quotidien de contrôle sur soi afin de dissocier et de purger en pleine conscience, pour garder l’équilibre.


L’une des principales raisons pour lesquelles les thérapeutes et autres professionnels aidants s’épuisent rapidement, apparaît lorsque des soins personnels appropriés ne sont pas mis en place. Même si vous n’êtes pas un soignant professionnel, en tant qu’hypersensible, vous avez sans doute vécu des situations similaires au contact de vos amis, collègues ou proches. Absorber les émotions des autres, même si chacun le fait à des niveaux différents, est une des caractéristiques contradictoires - avantages/désavantages - de l'hypersensibilité et de l’empathie.


Alors pourquoi les hypersensibles absorbent-ils les émotions des autres, et comment pouvez-vous cesser ou estomper l'épuisement que cela génère.


Pourquoi les hypersensibles absorbent-ils les émotions des autres?

Comme nous l’avons vu jusqu’ici, tous les hypersensibles ont tendance à être fortement affectés par les émotions des autres. Beaucoup d’entre nous peuvent entrer dans une pièce et ressentir immédiatement de la tension, de la joie, de l’inconfort, de la tristesse, sans aucune communication verbale. D’une certaine manière, nous sommes des maîtres en communication non verbale.


Mais cela ne s'arrête pas là ! La plupart des hypersensibles n’ont pas besoin d'être le confident verbal d’une personne pour “savoir ce qui se passe” avec quelqu’un. Il suffit souvent d'être en présence d’une personne pour connaître leur mal-être, leur désarroi, ou leur joie.

Avez-vous déjà vécu une situation où vous étiez avec un groupe d'amis, par exemple, et de connaître l'émotion de l’un d'entre eux, sans même lui adresser la parole ? Et puis, apprendre quelque temps plus tard de la part de cette personne que, ce qu’il lui arrivait était exactement, ce que vous aviez ressenti plus tôt ? C’est l’une des raisons pour lesquelles les hypersensibles et les empathes détestent tant les drames et les conflits. Nous pouvons les voir venir à des kilomètres de distance et, souvent, nous absorbons les émotions qui entourent la situation sans comprendre ce qui nous arrive.


Le problème, c’est que ces émotions ne restent pas séparées de nous. De nombreux hypersensibles ont du mal à être dans une atmosphère, même légèrement tendue, et à ne pas se sentir eux-mêmes tendus. Ceci est un phénomène que la plupart des gens peuvent ressentir car nous avons tous la capacité de capter, dans une certaine mesure, les émotions des autres, et ceci grâce aux neurones miroirs. Mais pour les hypersensibles, la manifestation de cette aptitude est beaucoup plus courante et intense.


Merci à la neuroscience !

Voyons ensemble ce que sont les neurones miroirs.

Bien que les scientifiques ne comprennent pas encore complètement le phénomène et les réelles implications, les neurones miroirs sont essentiellement des cellules cérébrales spéciales qui nous aident à comprendre ce que vit une autre personne, grâce à l'effet miroir (d'où le nom). Ces petites cellules ont une activité sympathique. Elles comparent le comportement des autres avec notre propre comportement passé - en les « reflétant », pour comprendre ce qui se passe à nos interlocuteurs. C’est grâce aux fonctions des neurones miroir que nous nous identifions lorsque nous reconnaissons l'émotion de quelqu’un.


Mais les neurones miroirs ne nous aident pas seulement à nous identifier aux autres, et à ressentir ce qu’ils ressentent. Ils nous permettent également d'apprendre de nouvelles choses. Par exemple, nous utilisons les neurones miroirs lorsque nous regardons quelqu’un faire une démonstration de quelque chose, puis nous essayons de le faire nous-même. Pour prendre un exemple que tout le monde a vécu, ce sont nos neurones miroir qui sont en action lorsque que quelqu'un bâille et que nous bâillons aussi, Même chose pour le rire, c’est contagieux !


Cela signifie-t-il que les hypersensibles ont plus de neurones miroirs que les autres ? Non ! Mais le système de neurones miroirs des hypersensibles et des empathes est plus actif.

Des recherches en imagerie cérébrale ont révélé que le cerveau des hypersensibles était câblé différemment de celui des autres. Dans ces études, les hypersensibles avaient systématiquement des niveaux d’activité plus élevés dans des parties clés du cerveau liées au traitement émotionnel et social. Ce qui a été aussi observé est que les hypersensibles avaient un niveau d’activité plus élevé même lorsque les tests effectués impliquaient des étrangers. Lorsqu’on présentait aux hypersensibles des photos avec des personnes de leur entourage, ils avaient une activité cérébrale plus élevée que la moyenne, mais le phénomène était le même lorsque les images représentaient des personnes inconnues. Donc ces études ont démontré l’incroyable capacité des hypersensibles à exprimer leur compassion envers des personnes qu’ils ne connaissaient pas personnellement. Cependant, l’effet était encore plus marqué lorsqu’il s’agissait de proches.


Grâce aux neurones miroirs, les hypersensibles et les empathes ont des niveaux d’empathie bien supérieurs à la moyenne. Cela explique donc qu’ils peuvent absorber les émotions des autres et se sentir tristes, irritables ou stressés, même s' ils ont eux-mêmes passé une très bonne journée ! Cela est aussi valable pour les émotions positives, mais plus prépondérant pour les émotions “négatives”.



Témoignage: un des mes plus gros défis, l’empathie à la puissance 10 !

Les émotions des autres m’ont submergé une grande partie de ma vie.

En tant que coach pour hypersensibles et empathes, cela a été indispensable d’apprendre à faire deux choses : me prioriser et fixer des limites. Pourtant cela n’a pas toujours été le cas. Avant de découvrir que j'étais une hypersensible, je vivais vraiment sur une montagne russe au quotidien. Allers-retours chez les médecins que je laissais perplexes et qui ne savaient que faire sinon me donner une ordonnance pour calmer mon anxiété. Fuite en avant permanente pour essayer d'échapper à mon mal-être handicapant, et à mes angoisses envahissantes. Isolement pour ne plus me retrouver dans des états de confusion et de débordements. Et bien sûr, en passant par la croyance qu’ “il doit y avoir quelque chose qui ne tourne pas rond chez moi”. Je suis persuadée qu’une grande partie de vous se retrouvera certainement dans mes expériences. Je ne vous apprends rien de nouveau quant aux effets/réactions de l'hypersensibilité et de l'empathie.


Auparavant, non seulement mon activité m’imposait des rendez-vous avec des clients presque journaliers, mais surtout je menais de front une équipe de plus de 70 personnes. J'étais constamment épuisée, paniquée avant de voir des clients, et vidée après des réunions ou des interactions constantes avec mes collègues. Je pensais presque tout le temps à mes clients, à mon équipe. Je planifiais des séances même tard le soir au lieu de dormir. J'étais convaincue que je devais absolument être connectée émotionnellement à mes clients, et à ceux qui m’entouraient, pour réussir.


Lors des réunions ou des rendez-vous, mon anxiété augmentait lorsque les émotions dans la salle s'intensifiaient. Au fur et à mesure que l'activité s’est développée, j'ai commencé à accepter davantage mon niveau de stress constamment élevé, et je me suis simplement habituée à vivre à ce niveau débilitant d'épuisement et d'anxiété.


Je ne me suis pas rendue compte que ma propre capacité à me réguler émotionnellement commençait à décliner. Je ne pouvais plus contrôler mon anxiété. Les attaques de panique étaient devenues mon quotidien, et mon sommeil et ma santé en pâtissaient. J'étais fatiguée tout le temps, jusqu’au burn out, à la volée en éclat de ma relation, au décès de mon père qui a tout empiré, et là je me suis effondrée. Cette situation a aussi déclenché autre chose… quelque chose que je n’avais pas prévu… l'éveil spirituel ! Tout ce que j’avais pu vivre auparavant n'était rien… maintenant, c'était le déluge.



Leçon apprise !

Finalement, plongée dans la torpeur, dans la tourmente et la confusion, j’ai passé beaucoup de temps à m'informer sur l'éveil spirituel. Je lisais pendant des journées entières, écoutais des podcasts pour essayer de comprendre ce qui m’arrivait, trouver mon chemin et remonter la pente. C’est alors que j’ai découvert l'hypersensibilité et l’empathie. Et à ce moment-là, tout mon passé a eu un sens. J’ai réalisé à quel point les émotions de mes clients et de mon équipe m’influençaient, quand bien même je pensais que j’allais parfaitement bien. Ce n’est que lorsque je me suis arrêtée (pas le choix), que je me suis reposée et que j’ai commencé à prendre soin de moi, que j’ai réalisé à quel point mon épuisement était profond.


Je me suis aussi rendue compte que ce “problème” de transfusion d’informations et d'émotions se répercutait bien au-delà de ma relation avec mes amis, mes clients ou ma famille. Il se reflétait aussi avec la boulangère ou mon voisin, par exemple. Mais cela allait encore plus loin. Je me sentais toujours mal dans les agglomérations. Lorsque je regardais un inconnu dans le métro, je ressentais un malaise soudain. Pire encore, lorsqu’un événement tragique avait lieu quelque part dans le monde, dont je n’avais pas encore eu connaissance, je ressentais une tristesse intense, sans motif apparent. Moi qui n’ai jamais regardé le petit écran, je pouvais savoir que quelque chose de terrible s'était passé avant de l’apprendre par une tierce personne. Les hypersensibles, et encore plus les empathes, savent quand quelque chose ne va pas chez une personne, dans un groupe ou même dans le collectif : c’est un sixième sens.


Mais ce “sixième” sens peut nous amener des déboires aux répercussions navrantes. Alors à nous de faire la part des choses, de les filtrer et de les analyser. Nous n’avons aucune réelle obligation sinon celle d’avoir un comportement humain plein de compassion et de compréhension. Ce n’est pas parce que nous sentons que quelqu’un a besoin d’aide que nous devons nier notre droit de prendre soin de nous-mêmes. Comment pourrions-nous servir les autres si notre verre est vide ? Pour moi, prendre soin de moi revient à m'accorder une heure de silence par jour, ainsi qu’un moment de méditation et de journaling (même quelques mots), et à mettre mon téléphone en mode « ne pas déranger » la nuit, bien sur, mais autant de fois que j’en ai besoin pendant la journée aussi. C’est aussi m'autoriser à demander de l'aide lorsque cela est nécessaire.



Demander de l’aide peut être particulièrement difficile pour les hypersensibles, car nous ne voulons pas imposer un fardeau aux autres. Mais tout comme nous aidons les autres, nous devrions pouvoir demander de l’aide pour nous-mêmes. Après tout, nous ne pouvons pas aider efficacement les autres si notre propre bagage émotionnel est trop lourd. C’est la corrélation avec le verre vide.


Si vous êtes un hypersensible, rappelez-vous : vous avez le droit d'être entendu, le droit à des moments de calme et de repos, et le droit (devoir) de prendre soin de vous.



 

Vous souhaitez partager votre histoire, vos combats, les batailles que vous avez gagnées, et faire partie de notre cercle de personnes sensibles et intuitives. Venez avec nous et discutons avec d'autres personnes très sensibles ! Rejoignez la communauté des empathes et de hypersensibles :


Inscrivez-vous à nos newsletters pour recevoir des informations et des histoires destinées aux personnes très sensibles.

Rejoignez-nous sur : Instagram et Facebook (groupe privé)

 


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page